Décès d’André Courrèges, couturier emblématique des années 60

Le couturier André Courrèges est décédé hier, à l’âge de 92 ans à son domicile (Neuilly-sur-Seine) suite à trente ans de lutte contre la maladie de Parkinson.

Véritable pionnier de la mini-jupe en France (d’abord popularisée par Mary Quant en Angleterre), le couturier révolutionne considérablement la mode féminine des années 1960. André Courrèges, qui apprend le métier chez Balenciaga, crée sa propre maison de couture en 1961 aux cotés de sa femme et connaît un succès faramineux. Marqué par un esprit futuriste et novateur, il décide de créer des vêtements faciles à porter pour ces femmes actives qu’il habille. Son désir de libérer les femmes de leurs diverses entraves vestimentaires (corsets et talons hauts) le pousse à créer des pièces confortables comme des combi-shorts ou des pantacourts.


Il fait du blanc sa marque de fabrique tout en utilisant des matières peu utilisées dans l’industrie de la mode à cette époque: le vinyle et le nylon par exemple. Ces créations emblématiques sont: les mini-jupes trapèzes, les mini-robes blanches aux lignes géométriques épurées, les bottes à mi-mollet et les lunettes à fentes.

André Courrèges a habillé les femmes les plus élégantes comme Françoise Hardy, Jackie Kennedy, Brigitte Bardot et Romy Schneider. 

Bien que le créateur ait pris sa retraite depuis plus de 20 ans, la monde de la mode dit au revoir à un créateur mémorable, avant-gardiste qui avait su imaginer la femme émancipée du XXIe siècle.  La mode qu’il impose est révolutionnaire et bouscule les modèles vestimentaires classiques de l’époque. On peut donc lui dire merci d’avoir rendue les femmes plus belles ! 

JM

 

Publicités